Découverte d'un gène de la myopie

Un nouveau gène de la myopie (nommé LEPREL1 ) a été découvert laissant entrevoir la possibilité d'un traitement par gouttes pour les myopes.

"Ce n'est pas encore vraiment la fin des lunettes, mais il y a clairement un espoir que l'on puisse bloquer les chemins génétiques qui conduisent à la myopie", a expliqué le Dr Christopher Hammond qui a mené la recherche.

Le traitement prendra probablement la forme d'un comprimé ou de gouttes ophtalmiques, mais ce sera un vrai défi et il faudra au moins dix ans avant qu'il existe", a-t-il précisé.

Environ un français sur 4 souffre de la myopie, une déformation de l'oeil qui empêche de voir correctement de loin. Les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à souffrir de myopie forte.

La myopie commence souvent à se manifester entre l'enfance et l'adolescence, et évolue au gré de la croissance pendant 4 à 8 ans pour se stabiliser vers vingt ans. Les deux yeux sont souvent touchés de manière égale. Si la plupart des cas de myopie sont assez légers, 2 à 3 % des cas sont en revanche pathologiques et entraînent un décollement de la rétine, un saignement de la macula et un glaucome prématuré, pouvant conduire à la cécité.

On sait que l'hérédité est un facteur aggravant dans la myopie. En effet, un enfant dont les deux parents sont myopes a toutes les chances de devoir en porter à son tour. Mais à ce jour, aucun gène n'avait encore été identifié. Aujourd'hui, après une étude auprès de plus de 13 000 individus, les chercheurs du Duke University Medical Centre ont découvert que le gène RASGRF1 était fortement associé à la myopie.

L'augmentation des cas de myopie s'explique principalement par nos modes de vie, explique le Pr Young."De nos jours, notre travail de près (lecture de journaux, travail sur écran) force nos yeux à être constamment sous tension pour mettre au point les objets de près. Nous regardons aussi la télévision, travaillons dans des villes avec des immeubles élevés, conduisons dans les embouteillages et avons finalement peu d'occasion de regarder de loin, particulièrement dans les villes. Ces facteurs affectent les enfants dont la vision est en plein développement, mais aussi de nombreux adultes", assure le chercheur. Selon ce dernier, le meilleur antidote à la myopie serait d'"aller dehors et de regarder l'horizon".

Source et résultats de l'étude sur le site de la revue Nature Genetics : http://www.nature.com/ng/

 
Vous aimez cette page ? Partagez-la